Souvenir Martinet

Martinet
souvenir

Ah le fameux martinet
Ma mère en avait un, mais je n’ai pas le souvenir d’en avoir reçu un coup…

C’était juste pour nous faire peur…

Ce contenu a été publié dans En vrac, Souvenirs, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

35 réponses à Souvenir Martinet

  1. (pseudo : cambaceres) dit :

    Bonjours,
    Je ne sais pas pour vous mais moi c’était dans les années « soixante » que je l’ai connu. Le mien possédait un manche chêne foncé et une dizaine de lanières marron carrées. ma mère l’avait acheté surtout pour m’obliger à mieux travailler en classe. C’est vrai que je me contentais parfois du minimum et que je pouvais faire mieux. Il se voulait dissuasif aussi sauf que pour l’être il faut bien qu’il tombe de temps en temps. Il brûlait vraiment les cuisses et laissait de méchantes traces rosâtres visibles car j’étais très souvent en culottes courtes. Il s’est révélé vraiment efficace car il m’a incité à mieux travailler. Mais aux yeux de ma mère, vu son efficacité, pourquoi s’en passait alors ? Et il s’est installé dans mon éducation. De plus il servait aussi parfois pour mon comportement , mais c’était normal et mérité. C’était à moi de faire attention !

    • Aben dit :

      Merci Cambaceres pour ce petit témoignage même si ce ne sont pas de très ‘bons’ souvenirs… heureusement que cette ‘mode’ soit passée aux oubliettes… il y a quand même mille et une autres façons d’éduquer mais surtout ‘d’élever’ les enfants…
      (‘élever’ au sens propre de ‘porter + haut’ !!!)
      Bon week-end ‘prolongé’ à Toi…
      et encore Merci pour ta petite visite…

  2. Yves BOURGEOIS dit :

    Dans une école privée stricte je fus fesser deux fois par semaine au martlnet pendant un an mon père était d accord avec le directeur et lui avait fourni le martlnet de 12 lanières carrée de 50 cm par 5mm un vendredi à la sorti de l école le directeur à dit à mon père qu il n avait pas eu le temps de me fesser je m en occupe le soir dans la chambre il me decullota sorti un martlnet q il avait fait faire a sont travaille 12 lanières carrée de 70 cm par 5mm inutile de vous dire que cela ma cuit les fesses le samedi matin et le dimanche matin et le lundi matin avent de me ramener au pentionat mon père m admlnlstra une bonne fesser je fut sage jusqu’au jeudi ou je fit six fautes d’orthographe dans la dictée le directeur me decullota et me martinat pendant 5 minutes puis il me presisa que s’était pour mon oeuvre de cette semaine et la semaine précédente je le dit a mon père qui me fessas pour avoir caffeter je ne leur en veux pas j aime mes parents même si elle à baisser ma cullotte et me mon slip pour m administré une bonne fesser

  3. Henry dit :

    Un instrument de torture n’a jamais servi à rendre les enfants plus coopératifs(ves), car si ceux qui le donnaient en avaient eux-même prit, ils l’auraient sûrement banni comme la badine, la règle, les coups de crosses sur la tête et les pincements de joues totalement inutiles et barbares. Je n’appelle pas ça des souvenirs, moi…!

  4. PAG dit :

    Yves BOURGEOIS, vous êtes la preuve qu’eduquer par la violence ne sert à rien. Une fessée déculottée pour 6 fautes? Il y aurait de quoi en rire si ce n’était triste à pleurer. Ça n’a pas arrangé grand chose.
    Continuer à aimer vos parents, cela vous regarde, j’espère seulement si vous avez eu des enfants que vous vous êtes souvenu de votre enfance douloureuse et n’avez pas reproduit ce mode d’éducation.

  5. Henry dit :

    Aimer des gens qui s’adonnent à de telles pratiques, reviendrait à être devenu comme eux. Je n’ai jamais, même sous la colère ( suite à une prière, une promesse) corrigé mes enfants de cette façon et encore moins mes petits enfants. Une bonne discussion et de la compréhension, suffit définitivement à le rendre réceptif à votre façon d’agir…!

    • Aben dit :

      Et oui… mille et une façon ‘d’élever’ les enfants et… de leur apprendre l’orthographe… oupsss… Je suis heureuse de ne pas avoir connu ça… Et comme disait ma mère ‘Ce n’est pas en tapant dessus que ça rentre’…

  6. Yves BOURGEOIS dit :

    Henri et paģ vous avez êtes des garçons qui protège leur petit cul je peut vous dire que administré une bonne fesser ne nuie en auqu’un cas a l’obéissance ni a la rentabilité de ses anciens ce qui n’empêche pas l’amour de nos enfants et petits-enfants vous êtes des rigolos et vous souhaite une bonne fesser a plus

  7. PAG dit :

    Yves BOURGEOIS, ne seriez-vous pas un rien barré, un tantinet desaxé, qu’une image de martinet emoustille au point de raconter des boniments. Sont ce les séquelles de votre éducation ou bien n’est ce pure affabulation?
    Me permettez vous un conseil? N’hésitez pas à consulter les pages jaunes afin de trouver un médecin qui pourra peut-être vous apporter une aide, si vous la souhaitez.
    Tenez, pour le même prix, je vous donne un second conseil. Achetez vous un dictionnaire et les livres Bled et Bescherelle, cela devrait vous permettre d’écrire notre belle langue un peu plus correctement.
    PAG un garçon? Qu’est ce qui peut vous permettre de l’evoquer? Serait-ce un autre de vos phantasmes?

  8. Henry dit :

    Tout simplement et aussi très bien dit, Mr ‘PAG’ ! Le dit ‘Bourgeois’ yvamal, si la nostalgie du martinet lui manque à ce pont-là, il lui reste encore la pénitence…!

    • Aben dit :

      Houlàlà… ça chauffe ici…
      Bon, il faut de tout pour faire un monde… mais quand même … il y a des trucs que j’ai aussi du mal à comprendre… et la violence en fait partie…
      Comment accepter ça ?
      Le meilleur conseil qui me vient, serait peut-être qu’ Yes Bourgeois vous achetiez un martinet et que vous vous frappiez avec, en souvenir du bon vieux temps, jusqu’à ce que vous réussissiez à changer et/ou à prendre conscience finalement de son absurdité (?) ^^

  9. Henry dit :

    Et vlan ! Prends ça dans les ratiches en attendant le bon goût du cuir, ahahah

  10. PIERROT dit :

    Moi je peux dire MERCI MAMAN de m’avoir donner de BONNES féssées EDUCATIVE, AVEC UN BON MARTINET EN CUIR, ça m’a permis d’ètre un gentil garçon bien élevé et de ne pas devenir une racaille.
    je suis POUR le conservatisme, POUR l’ AUTORISATION de la fessée et la vente régulière des martinets dans TOUTES LES DROGUERIES ET LES GRANDES SURFACES!
    Et tant pis si ça ne plait pas aux « ANTI TOUS » !.

    • Aben dit :

      Chacun a le droit de penser ce qu’il veut, mais tu sais Pierrot, moi je suis devenue une gentille fille, bien élevée, sans devenir une racaille, et tout ça SANS coup de martinet et SANS la moindre fessée… juste avec de l’AMOUR…
      Et j’en connais plein, garçons et filles, pour lesquels l’amour a très bien fonctionné aussi…
      Le seul problème c’est que l’amour ne se vend pas en drogueries ni en grandes surfaces… (mais peut-être est-ce un avantage, puisque du coup, c’est GRATUIT !)

  11. coli dit :

    Beaucoup de fantasmes autour de procédés éducatifs qui ont faits leur temps. Procédés qui entre parenthèse n’ont pas réussi pour certains à obtenir la maitrise parfaite de l’orhographe (il n’est jamais trop tard et il n’y a pas d’àge pour ressortir le martinet poussiéreux du placard).
    Sans que cela soit aussi caricatural que les temoignages exposés ici j’ai connu ces methodes et chez moi le bilan n’en fut que très négatif.

    Il est reconnu par la très grande majorité de spécialistes de la nocivité des châtiments corporel mais il est mecaniquement normal qu’un certaunin nombre de personnes restenr attaché à de tels procédés qui ont marqué leur éducation. « Ça a marché pour moi alors pourquoi ça ne marcherait pas pour les autres  » une telle simplicité de vue montre que justement ça n’a pas si bien marché que celà.

    • Aben dit :

      Effectivement Coli, l’être humain est ainsi fait qu’il a tendance « parfois » à reproduire ce qu’on lui a fait et/ou à défendre celui qui lui fait du mal (on voit ça dans les abus notamment)… Je mets « parfois » entre guillemets car ce n’est heureusement pas toujours le cas…

  12. BEATRICE dit :

    Voué aux gémonies du laxisme triomphant. Abandonné sur l’autel de l’enfant roi le martinet est au même titre que les livres et les cahiers indispensable à la bonne éducation des enfants. Rien de tel qu’une bonne volée de lanières sur les fesses et les cuisses nues d’un enfant pour le faire obéir. Maman de CAMILLE 6ans et de REGIS 4ans je suis un inconditionnel du martinet que j’utilise chaque fois que nécessaire . CAMILLE et REGIS ont intèrét à obéir et à se tenir à carreau sinon gare! A la moindre incartade je baisse la culotte et pan! sur les fesses et les cuisses à grands coups de martinet cris et pleurs garantis. J’ai la chance de posséder un super martinet avec de belles lanières épaisses et souples qui font très mal et laisses de superbes marques sur la peau. Ce matin j’ai surpris CAMILLE en train de bayer sans mettre sa main devant sa bouche. Une faute grave que j’ai immédiatement sanctionné. J’ai saisi le martinet et après avoir déculotté CAMILLE je lui ai fouetté les fesses avec force 15 fois de quoi lui apprendre la politesse. Je ne conçois pas d’éduquer mes deux petit bouts de choux sans leurs flanquer de bonnes corrections à coups de martinet ils le méritent bien.
    BEATRICE 29 ANS

    • Aben dit :

      Béatrice, je ne vous crois pas, je pense que vous écrivez ça par provocation, juste pour faire débat.
      Pourquoi avoir des enfants si c’est pour les « dresser » comme des animaux ?
      Un ou 2 petits chiens auraient fait l’affaire, non ?
      Et encore… je suis contre la violence envers les animaux, il vaudrait encore mieux rester jouer et passer son absurdité et sa violence sur des poupées et poupons.
      La violence est la force des faibles. Quand on ne sait pas parler ou expliquer, on frappe !
      La violence est toujours signe de « peur ».
      Alors, si c’est vrai (ce que je doute), allez voir en vous vos peurs… faites-vous aider et soigner contre ces peurs.
      Et sinon, allez voir en vous quels intérêts vous trouvez à témoigner de la sorte (?)
      ça sert à quoi ? à qui ? ça vous fait rire ? ça vous donne de l’importance ?
      ça occupe vos plates journées ?
      J’ai du mal à comprendre…

      • Beatrice dit :

        Que vous me croyez ou pas m’importe peu ,si je témoigne c’est que je crois qu’il est grand temps de revenir à une conception éducative qui a fait ses preuves autrefois et en finir avec ces idées éducatives dites modernes défendues par des personnes comme vous qui ne sont que du laisser aller et qui conduisent inévitablement à la délinquance. Je ne suis pas une maman violente, mais une maman qui aime ses enfants, c’est pour cela que j’ai un martinet pour les corriger de leur fautes. Comme j’ai l’habitude de dire  » pardonner à un enfant ses fautes c’est l’ignorer , le fouetter c’est l’aimer ». CAMILLE a encore les marques des lanières imprimées sur ses fesses après la correction que je lui ai infligée avant hier. REGIS a fait pipi au lit cette nuit, il a beau dire qu’il ne l’a pas fait exprès et me supplier de ne pas le fouetter il n’échappera pas aux lanières du martinet. Je vais lui faire passer l’envie de pisser au lit. Il va se prendre une volée de martinet comme il n’en a encore jamais reçu. C’est le martinet à la main que j’éduque mes enfants.
        BEATRICE

  13. Aben dit :

    Béatrice, si je puis me permettre, vu de chez moi, vous paraissez être davantage dans la PEUR que dans l’amour.
    Peur que vos enfants soient « mal élevés », peur qu’ils deviennent des « délinquants », peur qu’ils ne soient pas à l’image que vous voulez qu’ils soient, peur peut-être de passer pour une « mauvaise mère » (?) si vos enfants ne sont pas comme ci ou comme ça, aux yeux des autres (?), peur qu’ils ne soient pas des « copies conformes » à vos désirs, à VOS codes de bons ou mauvais comportements, etc…
    Et vous leur transmettez vos peurs !
    Par la violence, vous en faites des PEUREUX !
    Ils vont vous obéir par « peur » et pas par compréhension et amour.

    D’ailleurs le « pipi au lit » témoigne des émotions de crainte et de peur que vit un enfant face à l’autorité parentale. L’urine est une façon de libérer les émotions qu’il a retenues pendant la journée, souvent parce qu’il a peur de déplaire, peur qu’on le punisse et le sentiment de ne pas être aimé.
    Ça exprime un profond mal-être.

    Cela dit, peut-être avez-vous, vous aussi reçu quelques coups de martinet pendant votre enfance (?)
    Ceci expliquerait cela…
    (vous reproduisez les codes et les peurs que vos parents vous ont transmis ?)

  14. Beatrice dit :

    Comme tu le dis ABEN j’élève mes enfants avec un seul et unique soucis en faire des enfants modèles et plus tard des adultes responsables et pour cela je ne tolèrerai aucun laisser aller. A chacune de leurs fautes aussi infime soit elle je les remettrai dans le droit chemin à coups de martinet
    Ce que vous dites sur le pipi au lit me fait bien rire. On ne mouille pas son lit à 4ans . J’ai fouetté les fesses de REGIS, quarante coups de martinet pas un de moins. Pour que la leçon lui soit profitable pendant 1 semaine REGIS dormira dans son pyjama et ses draps pisseux et tout les matins je lui ferai boire un bol d’urine à son petit déjeuner.
    Voila comment je les guéris les pisseux. Le martinet c’est la seule psychologie que je connaisse
    BEATRICE

    • Aben dit :

      Ahahah… c’est trop énorme pour être vrai !
      Je préfère en rire, car ce n’est même plus de la « psychologie » dont on parle mais à ce niveau là ça relève de la « PSYCHIATRIE » !
      Désolée, je ne peux rien pour vous…

  15. Cruella dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec vous Béatrice, il faut les fouetter encore et encore, à chaque faux pas! Si vous me le permettez, un seul petit reproche, est-ce de la complaisance de votre part, attitude quelque peu laxiste d’une mère trop aimante? Il faudrait penser à accrocher des petits clous le long des lanières, la douleur plus intense ferait passer l’envie de recommencer toutes ces horribles bêtises!
    Me permettez-vous une autre question? Que faites-vous lorsque un de vos enfants cumule les sottises? C’est à dire, mouille son lit puis ose refuser le bol d’urine proposé? À quel moment faut-il monter l’intensité des châtiments?

    Plus sérieusement, je vais mettre les choses au point! Je ne m’appelle pas Cruella, je ne pense pas que vous vous prénommiez Béatrice car vous utilisez le masculin pour « je suis un inconditionnel » et j’ai relevé quelques fautes d’inattention IMPARDONNABLES pour une soi-disant femme de 29 ans! « Intèrét » s’écrit intérêt.
    « Les belles lanières laisses », c’est un verbe, laissent serait plus adéquat.
    « Bayer »??? Bâiller serait plus juste!
    « Mes 2 petit bouts » : quoi, comment? Cet oubli de « S » à petit est inconcevable!
    « Tout les matins »? Euh, ne serait-ce Tous?
    « Un seul et unique soucis » : il n’y en a qu’un n’est ce pas, alors pas de S à souci!
    « Une volée de martinet » : soit vous avez oublié le mot coups soit vous possédez plusieurs martinets et dans ce cas, n’avez mis le mot au pluriel!
    Vous osez vous permettre de tutoyer Aben, sans lui avoir, auparavant, demander la permission! Mais quel manque de respect! Quelles sanctions pensez-vous devoir vous infliger pour tous ces manquements à la bonne conduite, la bonne éducation??? Pour demander la perfection (qui n’existe pas) à ses enfants, il faut soi-même se montrer irréprochable, non?

    Pour conclure, je pense, j’espère (de tout cœur) que votre témoignage n’est qu’un tissu de mensonges ou de fantasmes, que vous n’avez pas d’enfants et que cela ne parle que de vous et de votre enfance plus que maltraitée!
    Quoiqu’il en soit, publier un tel témoignage révèle un dysfonctionnement important qui que vous soyez, homme, femme, jeune, vieux, avec enfants ou sans etc… etc… mais rien n’est perdu, il existe des professionnels qui, si et seulement si vous le souhaitez, pourront vous aider à concevoir un monde un tant soit peu moins barbare!

  16. BEATRICE dit :

    Je suis déçue des critiques dont je suis l’objet, je désire uniquement témoigner des bienfaits du martinet qui comme je l’ai dèja dit est un instrument pédagogique de répression indispensable à la bonne éducation des enfants. J’utilise le martinet sur mes enfants avec amour et convictions. Je vais vous témoigner de la correction que j’ai infligée à CAMILLE le jour de la fête des mères. Le dimanche matin…….
    …………..
    ………….
    BEATRICE 29ans

    • Aben dit :

      Désolée Béatrice, mais j’ai supprimé votre « témoignage » qui n’apportait rien au débat, sinon de vous faire passer « volontairement » pour une folle.
      Je ne suis pas dupe
      Je crois qu’il vaut mieux en rester là
      Bon vent à vous

  17. mark saniez dit :

    Lorsque j’allais meme encore au Lyçée dans notre ville dans le Nord,et à 15ou 16 ans d’abord j’étais toujours en culottes courtes tenues par de larges bretelles élastiques,plus la blouse en nylon boutonée sur le coté et le beret de vissé sur ma tete,c’était ma mere qui faisait la loi en plus lorsqu’elle maniait le Martinet ,comme elle était grande et forte elle fessait pas en douçeur ,on les sentait ses coups ,en plus toujours cul nu je devais me mettre à genoux mains sur la tete dans le coin de la cuisine ,et cela meme s’il venait du monde ,en plus je me payais la honte devant les gens avec ma blouse en nylon retroussée ,et me bretelles qui trainaient par terre!En fait ma mere était fiére comme quoi ,elle m’avait bien sous sa main et que malgré mon age je devais lui obéhir tout de suite ,car elle n’aimait pas se répéter,et comme elle aussi elle était toujours dans ses longues blouses jaunes en nylon et avec un tablier avec bavette et bretelles croisées dos le martinet dans une de ses poches de blouse je faisais attention!Justement notre voisine voyant ma mere comment elle me dressait ,fut fort impressionée et décida d’appliquer les memes régles à sa fille qui était du meme age que moi et qui allait au lyçée aussi avec moi,et souvent on se plaignait qu’on avait du mal à s’assoir à force de reçevoir du Martinet sur nos popotins ,,et point de vue habillement,elle aussi sous sa blouse en nylon elle devait devait porter en permanance des jupes plissées bleue marine avec de larges bretelles droites devant et croisées derriére et le beret en plus comme moi biensur!Et elle aussi elle devait aprés sa fessée au martinet se mettre à genoux mains sur sa tete dans le coin de la piece ,!car je suis allée chez la voisine avec ma mere et je l’ai vue souvent dans cette position ses yeux remplis de larmes !et ma mere et la voisine prenaient le café ensemble en prenant soin d’enlever leurs martinets des poches de leurs blouses et le poser sur la table devant elles et en disant souvent heureusement qu’on a les Martinets pour dresser nos enfants !A l’époque et surtout dans le Nord c’était comme ça à l’époque !

    • Aben dit :

      Bonjour Mark
      Oui, il y avait des abus à l’époque, j’en suis consciente, mais vous ne pouvez pas dire que « à l’époque, surtout dans le Nord, C’ETAIT comme ça », car ce n’était pas comme ça chez tout le monde. Quelques-uns ont abusé du martinet, et je vois d’ailleurs que ça vous a TRAUMATISé…
      Et heureusement nous ne sommes plus « à l’époque », l’époque à changé !

  18. léa dit :

    Je m’appelle Léa j’ai 16 ans à la maison y a un martinet ———–
    —————-
    —————-
    Voila j’en ai marre d’être traitée comme une gamine Léa

  19. Magitte dit :

    Léa, comment dire… je suis dubitative quant à la véracité de vos propos! Si c’est vrai, c’est plus que navrant mais puisque vous allez au collège, pourquoi ne pas en parler à un de vos professeurs ou à l’infirmière du collège, s’il y en a une? Une de vos copines avec qui vous pouvez parler au sein de l’établissement, sans la présence de vos parents, ne pourrait-elle prévenir les siens de parents? De demander à une de vos copines ou au secrétariat ou la direction de l’école de mettre à votre disposition un téléphone afin que vous puissiez appeler le 119, enfance maltraitée?
    Je disais, plus haut, que j’étais dubitative parce qu’il y a quand même plusieurs éléments qui clochent dans votre témoignage! En France, cela a été légiféré, les châtiments corporels sont INTERDITS! D’ailleurs cela vaut pour Dame Béatrice qui au nom du non respect des consignes données à ses enfants, enfreint celles de la République en portant la main sur eux! Ah logique, quand tu nous tiens!
    Je reviens à vous Léa; votre mère vous conduit à votre âge, à l’école, attachée à son poignet, comme si vous étiez un animal, avec un martinet à la main et s’en sert si l’occasion se présente! Et tout cela devant témoins et tout le monde se moquerait, pas un pour être scandalisé et prévenir qui de droit? C’est là où j’ai de gros, très gros doutes! Idem lorsque vous précisez porter des culottes Petit Bateau! ????? On est maltraité si on est battu, en revanche, on ne l’est pas si on n’a pas le droit de porter un string, par exemple!
    Une autre question? Si c’est vrai, pourquoi vous bat on? Puisque vous semblez n’avoir aucune liberté, je doute que vous soyez indisciplinée en classe et pas davantage à la maison, alors pourquoi vos parents lèveraient la main sur vous???
    Et là, enfin, je viens de percuter!!! Pour avoir témoigné sur ce site, c’est que vous avez accès à internet… donc une grande possibilité de vous sortir de ce guêpier, si guêpier il y a, et cela reste à prouver…

  20. Cruella dit :

    beatrice ou BEATRICE, vous vous êtes dénoncé(e) tout(e) seul(e) comme un(e) grand(e)!!! Vous changez de nom selon votre humeur ou les propos tenus!!! Voire même comme je peux le soupçonner, vous êtes un homme!!!
    « instrument pédagogique de répression »??? Comment vous dire, cette phrase me pique, me brûle les yeux et me font saigner du nez, tant les mots les autres ne vont pas ensembles!
    « J’utilise le martinet sur mes enfants avec amour et convictions. » Ahahahahahahah!!! Mon Dieu, est-ce possible de proférer de telles inepties??? Et vous êtes déçu(e) parce que l’on apporte aucun crédit à vos propos? Oh bah ça, c’est ballot, ballot!!!
    En fait, c’est navrant, définitivement navrant!

  21. Magitte dit :

    Dis-donc Aben, le moins que l’on puisse dire c’est que cela ne laisse pas indifférent cette image du martinet! Relis les témoignages depuis le début et tu verras que tous ceux qui témoignent en donnant forces détails sur les instruments de torture, et les vêtements de leurs tortionnaires etc… etc… ne sont pas crédibles! Généralement est mentionné la nudité qui apporte un plus au châtiment notamment quand c’est devant témoins!!! Il y a un côté sado/maso et « prise de son pied » lorsque sont donnés les témoignages avec forces détails! Ils semblent s’en paître et s’en repaître!
    Triste, n’est ce pas? Le pire, c’est qu’au début, il se peut qu’il y ait eu violence et pour certains, force est de constater que cela est parti en cou.l..s!!!!

  22. carmen glosser dit :

    Bonjour Mark! Moi je ne suis pas du Nord,mais de l’est de la France et moi avec ma soeur ————–
    ——————————————————————————————————–
    ———————————– D’un autre coté malgé cette discipline au moins on apprenait et par la suite nous avons toutes les deux trouver un bon emploi ,ce qui est malheureusement pas le cas actuel ,car tous les ans le niveau d’education baisse de plus en plus et dans les autres pays européens la France à une assez mauvaise réputation à cause de ça !

    • Aben dit :

      Désolée mais je supprimerai dorénavant tous vos commentaires Béatrice,Léa, Mark,Carmen (qui doivent être la même personne) ainsi que tous les commentaires vantant les mérites du martinet.
      Je suis pour la liberté d’expression mais là… franchement… c’est du n’importe quoi… Je n’y crois pas une seconde !

      Comme dis Magitte, il y a un côté « sado/maso » et je ne veux pas cautionner ça.
      (Bise à toi Magitte)

  23. Sophie dit :

    Bonjour ,
    Je viens juste vous apporter mon témoignage . J’ ai eu des parents aimants , mais très stricts ; ma mère qui , ne travaillant pas , s’occupait de mon éducation était très exigente avec moi ,tant pour le travail scolaire que le comportement à la maison . L’ année de mon CM1 , je devais avoir 9 ans , maman a acheté un martinet , qu’elle a fièrement accroché dans la cuisine ,en m’ annonçant :  » désormais , ça va marcher au martinet !  » . Elle l’a utilisé régulièrement jusqu’ à mes treize ans . Je suis souvent partie à l’ école avec les marques humiliantes des lanières sur les cuisses . Ca m’ a beaucoup marquée et m’ a laissé un tempérament angoissé . J’ ai fait une psychothérapie et j’ai pu me dégager de ces souvenirs angoissants . Je n’ en veux pas à mes parents car c’était une éducation courante à l’ époque , dans les années 70 – 75 ; j’ ai deux filles qui sont charmantes et qui n’ont jamais reçu la moindre fessée .
    Sophie

    • Aben dit :

      Merci Sophie pour ton témoignage.
      Qui prouve que oui, on peut très bien ne pas reproduire la même « éducation » que celle qu’on a reçu… et que ça n’empêche en rien (qui plus est), d’avoir des enfants « charmants » !
      Merci d’avoir pris le temps de nous l’écrire…
      Belle journée à toi

Répondre à Aben Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>